Le carénage d’Enigma

Le carénage est le fait de mettre un bateau à sec, pour entretenir sa coque et l’ensemble des parties immergées. Enigma a été caréné tous les ans par les anciens propriétaires, et nous avons choisi de poursuivre cette bonne habitude.

Nous avons donc profité de notre escale à Carriacou pour faire notre arrêt technique annuel. Carriacou se développe depuis peu en une base technique importante, puisqu’il y a deux chantiers navals à des prix raisonnables, quelques matériaux et rechanges, et la possibilité de s’approvisionner depuis Grenade en 24h. L’emplacement est aussi de premier choix puisque Tyrell Bay offre un abri en cas de cyclone. Malheureusement les infrastructures du chantier se développent moins vite que le business, et il y a notamment un gros manque d’eau.

Les équipes du chantier ont sorti Enigma de l’eau avec leur élévateur à sangles, puis ils ont lavé et gratté la coque. Cette prestation est obligatoire, elle permet au chantier de maîtriser la consommation d’eau. Après nous nous sommes débrouillés avec l’eau des sanitaires rapatriée par bidons, et surtout avec l’eau de pluie que nous avons récupérée.

Nous avons eu trois journées de travail intensives (et le dimanche pour nous reposer). Voici notre liste de travaux simplifiée :

  • Grattage, ponçage et peinture des œuvres vives (partie immergée de la carène)
  • Nettoyage et reprises de gelcoat sur les œuvres mortes (partie émergée de la coque)
  • Vidange des Saildrives
  • Dépose de la ligne de mouillage, reprise du marquage et calibrage de la chaîne
  • Contrôles divers : anode, sondeur, jeux des gouvernails
  • Nettoyage de la coque de l’annexe et reprises de gelcoat

J’ai eu un certain plaisir à mettre en application les techniques de mon métier : j’ai fait le plan de maintenance, la liste de travaux, les approvisionnements, le compte rendu de carénage, la préparation pour le prochain carénage… Bon, j’en ai probablement fait un peu trop et je doute que de nombreux plaisanciers en fassent autant , mais c’est aussi l’occasion de faire un petit clin d’œil à mes collègues de Concarneau ;-). Ces derniers ne manqueront pas de remarquer que nous travaillons avec des tongs de sécurité et des gants de la pharmacie de bord… Venant de l’industrie, Marion et moi n’étions pas très à l’aise sur ce point, mais nous avons fait avec les moyens du bord, qui étaient visiblement le standard au chantier. La prochaine fois nous anticiperons mieux notre carénage.

Au-delà du doux bruit des ponceuses qui crient de l’aube au crépuscule, nous avons aussi pu apprécier les aspects de la vie à terre : douche aux sanitaires, courses à la supérette accessible à pied, poubelles à côté du bateau, etc. Et le chantier est un lieu de rencontres (beaucoup de français) où les enfants s’amusent entre eux et les adultes s’échangent coups de mains et conseils.

Autre point notable de Carriacou : l’accès à Internet est très compliqué, le Wi-Fi dans le chantier est saturé, et le réseau Digicel (nous avons pris un forfait qui couvre toutes les Caraïbes) n’offre qu’une très faible bande passante. Nous avons donc pu faire une petite cure de désintoxication pendant quelques jours. Nous sommes maintenant à Grenade, et Internet coule à nouveau dans les veines de nos appareils, aaaahhhh !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

12 réflexions sur “Le carénage d’Enigma

  1. Harriet

    Welcome back! … with a very interesting … and vocab challenging article, Philippe… j’en suis ravi! Knee cutouts another first for me, Marion. Enigma in dry dock shows a different perspective, gives a closer sense of actual size. Bon continuation apres un travail bien fait ….et hop, Malo et Erinn, au tubas, masques et palmes, au tours de magie … et mes amitiés à Bob.

    Aimé par 1 personne

    1. The naval technical jargon is indeed quite complicated, and there is a bit of snobbery in navigators environment which makes us use this jargon… If anyone needs sone explanations at any time, do not hesitate to ask !

      J'aime

  2. Bravo ! On imagine bien la fierté d’Erinn et de Malo en voyant les compétences professionnelles de leur papa à l’œuvre ! Et de notre côté, après tant de mises au sec similaires, on imagine sans mal comme vous serez contents qu’Enigma soit à nouveau à flot. Bises et bon vent ! H&N

    J'aime

    1. Merci Nicolas et Heidi, en effet nous éprouvons une certaine satisfaction lorsque nos hélices bien nettoyées chantent (c’est vraiment le cas) et quand notre bateau gagne des nœuds, fort nombreux bien sûr, tout du moins dans notre imagination !

      J'aime

  3. Agathe

    J’en connais qui font « presque » la même chose, en ce moment, sur un gros bateau rouge en Australie … Ça semble être moins drôle !

    J'aime

  4. Mylène

    Salut Philippe, je constate que tu n’as pas mis en application TOUTES les techniques de ton métier… La sécurité est l’affaire de tous !! Profitez en ! ; )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s