58 heures de navigation

Pour être au rendez-vous avec nos amis de Concarneau, nous avons décidé de naviguer de Grenade à la Guadeloupe un une seule traite. Environ 250 miles nautiques que nous avions estimé pouvoir parcourir en moins de 50 heures.

20181013_074739.jpg

La première partie de la route était facile : un vent faible mais bien orienté, peu de houle, nous avons même pu tester notre genaker ! C’était aussi un temps à sortir les cannes à pêche, mais à 6 ou 7 nœuds nous avons certainement éveillé quelques soupçons chez les poissons, qui n’ont pas eu la délicatesse de s’offrir à nous.

Au bout de 24 heures les choses ont changé, et il n’a plus été question de tout le voyage de remettre les lignes à l’eau. En effet aucun de nous ne se sentait d’attaque pour remonter un poisson. Le vent a changé de direction et nous avons fait du près serré  : 60° par rapport au vent (le près sur un catamaran, c’est pas marrant). Il était irrégulier mais souvent autour de 25 nœuds, la houle était de trois-quart avant, et le bateau était secoué dans tous les sens. L’équipage a su rester vaillant malgré un léger mal de mer – seule Erinn était en pleine forme – mais nous étions quand même bien fatigués.

Le troisième jour nous avons décidé de nous arrêter aux Saintes : nous étions en avarie sur le moteur bâbord, et préférions un mouillage à l’abri que l’entrée dans Pointe-à-Pitre en mode dégradé. Et surtout nous avions tous envie que ça s’arrête de secouer ! Après plusieurs bords pénibles dans le canal entre la Dominique et la Guadeloupe, nous avons enfin pu entrer dans la zone abritée des Saintes, où nous avons découvert et apprécié un fabuleux mouillage sous l’Ilet Cabri. Le contraste entre cet abri et l’extérieur est inimaginable : nous nous sommes retrouvés en quelques minutes dans un endroit absolument calme, l’eau plate comme celle d’un lac, le silence, et sur l’îlet juste en face des pélicans, cabris, poules et chats. Le mouillage était tellement calme que nous en avions presque le mal de terre à bord !

Au bilan : 58 heures de navigation, un équipage bien rincé mais heureux d’avoir réussi cette longue route avec succès, et d’avoir pu tester le bateau dans des conditions plutôt musclées. Le Lagoon 380 est conforme à sa réputation, il est robuste et fiable, c’est un super bateau et nous en sommes très contents !

Grenade Guadeloupe

3 réflexions sur “58 heures de navigation

  1. Bravo à vous 4 !
    Je suis allée deux fois aux Saintes et j’en garde un magnifique souvenir. Allez-vous profiter un peu de l’île ? Je me souviens du glacier Cesibon que les enfants (et les parents) devraient apprécier 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s