Au rythme de Marie Galante

Après nos quelques jours enchanteurs à Petite Terre, nous sommes arrivés à Marie Galante avec la pluie. Et quand il pleut en bateau, c’est comme en camping : tout devient soit très humide, soit carrément mouillé. Du coup, nous limitons les « sorties » à terre pour éviter de revenir trempés. Un jour, enfin, nous profitons d’une éclaircie dans l’après-midi pour nous précipiter à terre et découvrir, enfin, cette île rendue mythique par la chanson de Laurent Voulzy.

Première surprise : le ponton d’accueil des annexes n’est pas encore installé car la saison cyclonique n’est pas officiellement terminée… Nous amarrons donc notre annexe dans un coin du quai des ferrys, et nous devons escalader tant bien que mal le quai puis passer par-dessus la rambarde pour atteindre le trottoir. Nous laissons l’annexe derrière nous, en espérant qu’elle ne sera pas coincée sous le quai à notre retour.

Deuxième surprise : St Louis, la ville où nous accostons, est déserte. Un grand vendredi aux alentours de 16h00. Philippe suggère une explication mauricienne : nous sommes le 2 novembre, le jour de la fête des morts, le lendemain de la Toussaint, et la journée est sûrement chômée ici. Heureusement, l’arrivée du ferry en provenance de Pointe A Pitre crée un peu d’animation autour du bourg. Nous entendons soudain la musique familière utilisée par les camions des marchands de glace à Maurice. Nouvelle similitude entre les 2 îles : il s’agit bien du marchand de glace ! Une glace s’impose donc pour remonter le moral des troupes. Puis nous retournons au bateau, juste à temps avant l’averse.

Les jours suivants, nous avons pu explorer un peu plus l’île et y observer un peu de vie. L’île est très calme, un peu hors du temps. Les boutiques sont peu nombreuses et tout ferme à l’heure de la sieste, comme nous l’avons appris à nos dépends. Nous nous sommes en effet retrouvés en plan devant la supérette fermée à 14h45…

Aujourd’hui, j’avais prévu une randonnée pour découvrir une autre partie de l’île. Un parcours sympathique de 9km entre mangrove, bois et plage, qu’une voisine de ponton m’avait recommandé. Mais devant le manque évident de motivation du reste de l’équipage, j’ai finalement proposé un pique-nique sur la plage. Un court trajet en paddle, des sandwiches dévorés les pieds dans l’eau, quelques échanges de balle, une petite sieste a l’ombre des cocotiers et une bataille d’eau mémorable = 1 équipage comblé. Finalement, je crois que le rythme de Marie Galante nous a conquis !

4 réflexions sur “Au rythme de Marie Galante

  1. Marie-Claue de Gros Bois

    Wow…c’est ça la vie …trop top…je partage votre bonheur de tout mon cœur et vive la mer :))) gros bisous x4
    MC

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s