Les Grenadines – deuxième partie

Dans l’article « Les Grenadines – première partie » , nous étions aux Tobago Cays, attendant que le temps s’améliore pour profiter du lieu.

Nous avons eu 2 journées superbes où nous étions tout seuls dans ce site exceptionnel. Nous avons pu aller plonger dans la « turtle area » et Erinn s’est initiée au Masque-Tuba en observant les tortues.

Il y avait un bon clapot et pas mal de courant, même dans la partie protégée par le Shoe Horse Reef, du coup les enfants n’ont pas trop plongé.

Par contre, Philippe et moi avons pu voir des coraux, des poissons multicolores, des raies, des tortues, des tortues et des tortues… Nous avons attaché 2 bidons d’eau vide à une longue corde que nous avons laissé filer dans le courant derrière le bateau au mouillage. Ainsi, les enfants ont pu s’amuser dans le courant et pouvaient remonter à contre-courant jusqu’au bateau sans problème.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après la Tobago Cays, nous nous sommes arrêtés à Union, la dernière île des Grenadines dépendant de St Vincent, afin d’y faire le plein d’eau douce et les formalités de sortie du territoire. Nous y avons croisé Guirec et Monique qui remontaient l’arc antillais dans l’autre sens.

Puis nous avons continué notre route vers le sud et Carriacou. Au passage nous avons fait une halte au Morpion, minuscule banc de sable au milieu de la mer, avec un parasol planté au milieu. Lieu insolite et occasion de se baigner en famille et de prendre quelques photos.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Carriacou est l’anse la mieux protégée des Grenadines. Du coup, beaucoup de navigateurs viennent y mettre leur bateau pendant la saison cyclonique. On y rencontre de nombreuses familles voyageuses comme la nôtre. Un chantier naval de plaisance s’y est installé il y a quelques années ce qui apporte un attrait supplémentaire pour l’endroit car on y trouve ce qu’il faut pour réparer et entretenir les voiliers.20181004_133725.jpg

Nous avons donc décidé de faire le carénage d’Enigma ici et avons été très occupés depuis : préparation du chantier, rassemblement des outils et matériaux nécessaires, achat de la peinture adaptée, liste de travaux (Eh oui, encore des listes !)… Tout pour que jeudi dernier Enigma soit mis à sec. Depuis nous sommes encore à fond : gratter les berniques, nettoyer la coque, vidanger, peindre… Nous ferons un article spécifique sur le sujet, une fois que nous aurons sorti la tête de l’antifouling.

20181006_081949

 

Les enfants sont eux-aussi bien occupés (même si nous avons fait une pause scolaire pendant le carénage) : le chantier est plein d’enfants qui s’amusent en troupe pendant que les parents sont occupés à bricoler les bateaux. Notre vie sociale a changé radicalement car le chantier semble être le point de rencontre des navigants. On y croise ceux qui y vivent sur leur bateau le temps des travaux, mais aussi ceux qui sont au mouillage à coté et viennent voir les copains pour échanger les nouvelles. Nous avons ainsi retrouvé Paolo et sa famille qui a organisé une « Crêpes Party » hier soir, au milieu du chantier.

Home sweet home

Comme prévu, nous avons embarqué samedi dernier, alors que nous étions encore sous le coup du décalage horaire; et nous avons dit au revoir à Joëlle et Christian, qui ont quitté Enigma avec beaucoup d’émotion. Depuis, nous vidons, trions, rangeons, afin d’organiser notre vie à bord. Ce gros travail n’est pas très excitant, mais il est indispensable pour être à l’aise dans notre nouveau « chez nous ». C’est un vrai Tetris de tout faire rentrer dans les coffres et équipets et c’est un excellent exercice de mémoire de se souvenir des rangements !

  • Pharmacie : tribord, placard gauche dans le couloir, étagère du haut
  • Lait : coffre du carré, coté babord
  • etc, etc…

Nous devons aussi apprendre le fonctionnement d’Enigma sur le plan technique : réseaux d’eau (eau salée, eau douce, eau désalinisée), réseau électrique (éolienne, panneau solaire, batteries, groupe électrogène…), moteurs, appareils électroniques. Enfin, il nous faut apprendre la partie navigation… Bref, comme tout nouveau propriétaire de bateau, nous voulons connaître Enigma du fond de ses 2 coques, jusqu’à la tête de mat.

Nous avons commencé ce travail de longue haleine au ponton du Marin, mais avons rapidement vu que ça allait prendre du temps et que ce n’était pas très intéressant pour les enfants. Nous avons donc bougé jusqu’au mouillage de Ste Anne, juste à côté. Ainsi, nous avons un peu plus d’air, une mer propre dans laquelle nous baigner quand on a trop chaud et une plage facile d’accès en annexe, pour faire une pause et patauger avec les enfants.

Autre avantage de cette situation : ça bouge un peu plus, et nous nous sentons maintenant vraiment sur un bateau ! Ça permet à l’équipage de s’amariner en douceur.

Nous avons encore quelques jours de travail avant d’être prêts à naviguer vraiment : il nous faut d’abord passer en revue les équipements de sécurité que nous avons à bord et vérifier leur fonctionnement. Mais le rocher du diamant (au loin derrière Erinn sur la photo) nous appelle et les anses qui sont de l’autre coté sont parait-il magnifiques. Il nous tarde d’aller vérifier ça !